Blog de Jexplore

Par Karen Rakotovao dans Nouveautés

Une orientation professionnelle affranchie des stéréotypes de genre

"Les mathématiques et l'informatique c'est pour les garçons. Les filles, par contre, sont faites pour la littérature et le théâtre", nous avons tous déjà entendu ces propos au moins une fois à l'école. Les croyances relayées par la société au sujet des femmes et des hommes orientent encore trop nos choix professionnels. L'orientation de demain doit s'affranchir des stéréotypes de genre.


#ChiffreDuJour 7/10 étudiants écartent une orientation en raison du coût des études, de leur durée, de l'éloignement géographique ⬇️


Les stéréotypes de genre : un obstacle dans l'orientation de nos jeunes

La loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes dispose que les entreprises doivent respecter l'égalité professionnelle lors de l'embauche. En d'autres termes, elles doivent respecter la mixité en leur sein. Et pourtant, en 2018, une étude du Centre d’Information et Documentation Jeunesse (CIDJ) montrait que seuls 17% des métiers étaient mixtes. Aujourd'hui encore, cette mixité est mise en danger en raison de la croyance que certains métiers sont genrés. Alors que les femmes sont plus présentes dans le secteur du tertiaire dans les domaines de l’éducation et de la santé par exemple, les hommes sont retrouvés dans les domaines du numérique, de la recherche et du développement mais aussi dans le BTP. 


Cette inégalité s’explique notamment dans la construction des genres dans nos sociétés occidentales. En effet, les femmes auraient des qualités jugées féminines telles que la douceur, l’altruisme et l’empathie tandis que les hommes auraient des qualités jugées masculines, plus physiques et techniques.


Le champs des possibles dans l’insertion professionnelle d’un·e étudiant·e se voit donc limité en raison des stéréotypes de genre affiliés aux différents métiers. L’insertion professionnelle est le fruit d’une multitude de choix qui sont faits dès la fin du collège. Les croyances limitantes sont de sérieuses problématiques à prendre en compte car elles affectent ces choix à prendre. Chaque étudiant·e devrait avoir la liberté de choisir leurs métiers en fonction de leur personnalité et affinité tout en étant affranchi·e des stéréotypes de genre. Une déconstruction des préjugés et des a priori que nous avons sur les métiers doit être faite, non seulement au sein des établissements scolaires, mais aussi au sein du milieu professionnel. Seules les compétences de chacun·e doivent être prises en compte dans la construction de leur projet professionnel. 


Une étude de l’Observatoire Prospectif des métiers et des qualifications dans les Transports et la Logistique (OPTL) Hauts-de-France montre par exemple que certains métiers sont considérés comme étant uniquement pour le genre masculin. Par exemple, dans le secteur du transport, seulement 8% des personnes qui conduisent des véhicules sont des femmes. Dans le secteur de la marchandise, seulement 11% sont des femmes. 


Comment apporter la mixité dans les métiers aujourd’hui ? 


Aujourd’hui, chacun de nous peut être acteur et actrice du changement et de l’orientation de nos jeunes. 


En principe, le système éducatif doit être pleinement mixte depuis la loi Haby relative à l’éducation du 11 juillet 1975. Pourtant, les travaux du Céreq montrent que l’orientation dans le système de formation initiale est le facteur prépondérant de la non-mixité des métiers. En effet, cette non-mixité serait imputable pour pratiquement aux deux tiers à la ségrégation éducative. 

Abandonner les stéréotypes de genre dans les programmes pédagogiques des établissements scolaires permettra de réduire l’orientation qui est, encore aujourd’hui, très sexuée. Donner aux jeunes l'occasion de s'intéresser à tous les types de métiers sans prendre en compte leur genre permet aux étudiant·e·s de s’identifier dans un métier et de s’y projeter tout en les affranchissant des préjugés qui sont lourdement véhiculés par les médias, les publicités ou encore les manuels scolaires. Ils-elles auront la liberté d’explorer les métiers et de les appréhender avec curiosité. Ce serait aussi une occasion de déraciner les stéréotypes de genre que ces étudiant·e·s ont internalisé depuis leur enfance et d’acquérir les compétences nécessaires à la construction de leur projet professionnel.


Il est temps de revaloriser les métiers à prédominance féminine considérés aujourd’hui comme peu qualifiés et d’augmenter le nombre de femmes dans d’autres métiers jugés pour les hommes. 

Suivez nous

  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook
  • Twitter

ARTICLES SIMILAIRES

Construisons le futur de l'orientation et l'insertion ensemble

Rejoignez notre communauté engagée dans l'orientation, l'insertion et la formation professionnelle. Laissez-nous votre adresse mail pour recevoir toutes nos actualités.

  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook
  • Twitter

Mentions légales

Condition d'Utilisation

Politique de confidentialité

© Copyright 2020 Jexplore - Site d'orientation professionnelle